Mardi 31 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Justice

Affaire daara de Ndiagne : Le parquet requiert 2 ans dont 2 mois ferme

Single Post
Affaire daara de Ndiagne : Le parquet requiert 2 ans dont 2 mois ferme
Le maître coranique Cheikhouna Guèye qui avait enchainé ses élèves, risque une condamnation à 2 ans dont 2 mois ferme, si le juge suit le réquisitoire du parquet.

Attraits devant la barre du tribunal de grande instance de Louga, ce matin, Cheikhouna Guèye et Cie sont poursuivis pour mise en danger de la vie d'autrui, violence et voie de fait et complicité. Le procureur a requis à leur encontre une peine de 2 ans dont 2 mois ferme.


liiiiiiiaffaire_de_malade

17 Commentaires

  1. Auteur

    C'est Peu

    En Novembre, 2019 (11:47 AM)
    C'est peu, si deux adultes consentants qu'on appelle homosexuels sont condamnés à de lourdes peines, ces esclavagistes méritent des peines dix mille fois plus lourdes?

    Ces connards.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (12:20 PM)
      le juge a été courageux
      ce n’est pas à serigne mountakha de faire la loi
      c’est un citoyen comme tout le monde
    • Auteur

      En Novembre, 2019 (12:34 PM)
      merci mr le procureur d'avoir pas cédé a la pression qu'on a voulu faire sur vous hier. une proposition mediane intelligente de fermeture . au juge de vous suivre courageusement dans son intime conviction pour justice rendue au nom du peuple des enfants innocents et contre des adultes méchants en sadisme gratuit. dieu rahman est la aussi pour tous .
  2. Auteur

    En Novembre, 2019 (11:51 AM)
    Je crois que la justisse a fait son travail,comme ils sont condamnes c bien .les autres peuvent en tirer des lecons.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (11:57 AM)
    pas suffisant du tout , interdiction totale d'approcher nos enfants
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (13:04 PM)
      pfff vous n’aimer que vos enfants avec vos écœurements à deux balles. j’ai eu à rencontrer en allant au boulot un enfant de 5ans maximum qui avait fait caca vers sacré cœur.malheureuse a été ma surprise de penser que la première porte frappé suffisait pour trouver solution à cette situation. j’ai presque fait le tour du quartier et frappé à toutes les portes et éconduit diplomatiquement si je peux dire par la plus part des dames.jai fini par trouver solution dans un diaka et le faire moi meme.jai pris l’engagement de tirer cet enfant de cette situation qui naturellement devait trouver solution vite fait car ma mère ou une dame de sa génération aurait pris cet enfant sans problème..malheureusement pour nous...si je vois des gens avec leur discours je me dis la plupart sont des hypocrites et wakh rek té lolou mom yomb na.....vous aimez que vos enfants....
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:01 PM)
    une montagne qui va accoucher d'une souris
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:12 PM)
    Ces esclavagistes qui n'ont aucun probleme a enchainer des enfant innocents qu'ils sont senses proteger et eduquer doivent etre severement punis. Ceux qui defendent cette barbarie sont maudits et endoctrines, sans aucune autonomie intellectuelle. Ils peuvent balbutier leurs sourates jusqu'a la saint glinglin, rien ne les separent des animaux.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (12:22 PM)
      même dans les pays que vous dites civilisés des enfants sont maltraités par des adultes ( parents , beau parents, familles d'accueil etc...) allez tapé sur youtube enfants maltraités
      le mal est partout
      mais quant il s'agit de l'islam les gens sont plus enclins à cracher leurs venins
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:19 PM)
    Neexna Yalla Neexna Yonenti bi Sallalahuhaleywasalam



    Votre avis rien à faire
    Auteur

    Sagn Wakh

    En Novembre, 2019 (12:20 PM)
    On exige leur condamnation sans faiblesse et la fermeture immédiate de ces cretineries. Les pays qui se développent forment des ingénieurs, de grands intellectuels, nous on forme des croyants, des crétins potentiels.... De surcroit dans la barbarie
    Auteur

    Tiers

    En Novembre, 2019 (12:22 PM)
    En réalité beaucoup d'entre nous découvrent une pratique ancienne de redressement d'un enfant fugueur ou extrêmement têtu , il faut reconnaître que ce sont des cas difficiles , l'enfant est récidiviste même les CAOMI qui sont des centres de récupération de jeunes de ce type installés par l'état élargis aux délinquants mineurs en général n'ont pas nécessairement réussi , aujourd'hui on n'en entend plus parler , à mon avis la problématique est aussi celle de la prise de l'enfance fugueuse et rebelle, comment ramener ces enfants sur le droit chemin ? beaucoup vous diront que ce que d'aucuns qualifient d'esclavage a sauvé beaucoup de jeunes , la contrainte pour ces daras de nos jours c'est d'être au milieu des populations alors qu'avant ils en étaient distants et isolés , ce qui permettait une certaine liberté ?
    Auteur

    Seugn Mountakha Menace

    En Novembre, 2019 (12:28 PM)
    Avec les menaces de Serigne Mountakha, ce maître coranique va purement et simplement être relâché.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:45 PM)
    on se pose pas la question pourquoi l'enfant fugue pourquoi l'enfant devient rebelle

    c'est la veritable question

    quand on eduque on peut prendre le baton pour apeurer mais aller jusqu'a prendre des chaines cest horrible
    Auteur

    Amidou

    En Novembre, 2019 (12:52 PM)
    C'est trop léger. Il faut donner un bon exemple et un précédent avec une lourde sanction. Il faut lui appliquer au moins 20 ans de réclusion criminelle et 5 ans de travaux forcés pour que jamais de telles pratiques ne voient le jour au Sénégal afin de dissuader les potentiels contrevenants. encore une fois notre justice a tourné le dos. le procureur a eu peur et manqué de courage devant la gravité des faits devant nos yeux.

    pour moins que rien on emprisonne des gens en prison et les laisse en rade pendant des années sans possibilité d’être entendu encore moins jugés. Quelle peur et quelle justice!!!
    Auteur

    Zeuss

    En Novembre, 2019 (13:09 PM)
    A un certain moment il faut se poser la bonne question notamment pourquoi l’enfant fugue? Peut être est il victime d’abus sexuels, est il torturé d’une manière permanente ou bien se sent il abandonné par ses parents si l’on sait que la séparation brutale de l’enfant avec ses proches peut avoir de graves séquelles à un certain âge. Ces enfants méritent vraiment de la compassion et de l’amour.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:09 PM)
    Nul ne doit être au dessus de l'Etat ni au dessus de la loi encore moins au dessus de la justice. Les voleurs ,les meurtriers,les trafiquants,les contrevenants,......,sont envoyés en prison et pourquoi pas un tortionnaire qui se cache derrière la religion pour faire du mal à des enfants innocents. Nous sommes dans un État laïc et de droit donc la justice doit s'appliquer à tous les citoyens quelque que soient leur rang social et religieux.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:21 PM)
    Et ceux qui introduisent des tonnes de drogue dans ce pays quelle doit être leur sanction????

    Aux dernières nouvelles il me sempble qu'ils sont libres comme le vent
    Auteur

    En Novembre, 2019 (14:21 PM)
    Je sais pas ce qu'en dit la loi, mais ce genre de pédophobie ( excusez ce néologisme ! ) devrait être puni plus sévèrement qd mm. Peine requise en première instance : seulement 2 ans, dont 2 mois ferme ! Ça me paraît trop peu, pour ce genre de délinquants enturbanés, au long chapelet.

    Cependant, je m'abstiendrais bien de descendre jusqu'au bas niveau de ces Chrétins haineux, qui profitent de toutes les occasions pour essayer de discréditer notre belle religion, jamais descendue sur Terre, qu'est l'Islam. Alhamdulillah, Subxanallah !

    Auteur

    Momo Ba

    En Novembre, 2019 (17:59 PM)
    Nous sommes tous complices !



    L'incapacité ou l’insuccès renouvelé des politiques gouvernementales du Sénégal pour lutter contre la mendicité des enfants talibés, amène à se demander pourquoi, en dépit des efforts menés par le gouvernement et soutenus par la société civile , la situation ne parvient pas à évoluer ?

    Ma réflexion tente de répondre en proposant des hypothèses et solutions qui fournit des clefs originales de compréhension de ce phénomène.

    Qui suis-je ?

    Je suis cet enfant couvert de poussière et de crasse, souvent pieds nus, en train de mendier avec une boite de conserve de tomate vide, cet enfant abandonné par ses parents, sa société , son État ; cet enfant sans avenir, ni rêve, forgé dans la souffrance et dans l'ignorance, je vie dans une misère abjecte, privé de nourriture suffisante et de soins médicaux.

    On m'appelle talibé élève en formation apprenant l’arabe et le coran, sous la tutelle d’un maître appelé seriñ daara.



    Ma société accepte cela:

    En réalité la mendicité des talibés remplit, une réelle fonction sociale, en permettant aux donateurs (la société) de s’acquitter du devoir du "sarakh" (aumône ou sacrifices).

    L'irresponsabilité de certains parents a prendre en charges leurs enfants.

    Vous étés tous témoins, nous faisons l'objet d'une exploitation a ciel ouvert, tout le monde s'est tu.



    Une État incapable:



    L'identité de l'Etat, est sa capacité a faire appliquer la loi, les daara sont de plus en plus objets de polémiques. Le principal reproche qui leur est fait est de ne pas respecter les droits de l’enfant talibé. Les conditions d’apprentissage restent en effet particulières et s’appuient le plus souvent sur des violences, physiques ou verbales.

    ces enfants talibés, sont souvent battus, enchaînés et victimes d'abus sexuels ou d'agressions violentes alors qu'ils mendient. Ces décès et les autres abus commis mettent en lumière la politiques inappropriée, un ministère de tutelle absent ou inexistant .

    On pourrait pareillement penser qu’il n’existe pas de volonté politique de la part de l’État pour faire face à ce cas particulier. En réalité, aucune des mécanismes de contrôle, de maîtrise, voire de récupération des daaras mises en œuvre n’ont eu que peu, voire pas d’effets.

    Le Sénégal a ratifié toutes les grandes conventions internationales sur les droits de l'enfant et l'exploitation des enfants, ainsi que les abus commis à leur encontre sont considérés comme des crimes par le Code pénal sénégalais et par la loi.

    Il convient dès lors se demander pourquoi, en dépit de ces efforts menés par le gouvernement et soutenus par la société civile et les agences internationales, la situation semble ne pas évoluer ? Les politiques de l’État sont-elles adéquates ? Quelle est le rôle, si implicite soit-il, de la population sénégalaise dans le maintien de cette mendicité ?



    Proposition:

    Le Ministère de l'emploi, de la Formation professionnelle et de l'Artisanat a travers le projet formation professionnel pour l'emploi et la compétitivité (FPEC), offre aux jeunes sénégalais des formation de courtes durée (3 a 6 mois) débouchant sur une qualification appelée certification de spécialité (CS) pourrait bien être une opportunités pour les jeunes talibés d'avoir une qualification et leur permettent d'acquérir des compétences et par conséquent de faciliter leurs insertion sociale et dans le marche de l'emploi.



    M.Bâ agent au Ministère de la Femme, de la Famille et de la Protection de l'Enfance.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (18:14 PM)
    La responsabilité se trouve à 3 niveaux :

    - les géniteurs qui ne méritent pas le titre de parents. Les premiers responsables, ce sont des animaux au vrai sens du terme. Aucune forme de pauvreté ou de croyance ne justifie cette fuite de responsabilités. Quand on ose dire au supposé maître coranique de son enfant "ay yakham la-la ladj" cela signifie implicitement qu'ils ne lui demanderont jamais de comptes à plus forte raison lui porter pleinte quel que soit le traitement infligé.

    - les supposés maîtres coraniques de vrais tortionnaires sans état d'âme, sortis tous droit des entrailles de l'enfer. Ils me rappellent le capitaine Domato dans Kunta-Kinté. C'était à eux d'aller mendier sils étaient convaincus de leur mission.

    - Nous sénégalais lambda, nous qui croyons que notre avenir sera d'autant plus belle que nous aurons de bons marabouts chargés de nos "kharfa-foufa". On nous apprend à croire dès le bas âge à l'importance du marabout "guissané" à travers les gris-gris dont on nous barde, les "sarakh" et bains mystiques de notre entourage proche, les "nawétanes" et entre autres les pratiques mystiques de la lutte. Tout ceci justifie l'existence de ces talibés premières cibles des "sarakh".

    Comme on est au Sénégal, je n'ose pas parler des grands propriétaires terriens multimilliardaires que sont nos chef religieux ou "serignes tarikha" mais il est de notre devoir de souligner leur complicité tacite à travers un silence assourdissant. Entre construire une mosquée à coup de milliards et investir ces mêmes milliards dans l'implantation de darras suivant la subdivision territoriale, à l'instar de la case des tous petits, respectueux des besoins de la petite enfance ou se trouve la priorité ?

    Je suis encore désolé de le souligner mais des gens comme Khadim Samb de "thiakhabal" et Iran Ndao ne peuvent constituer des références en terme de réussite sociale pour justifier le maintien de ces pratiques d'un siècle révolu.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email