Vendredi 18 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Macky Sall : "Le jour où j'en aurai le désir, je gracierai Khalifa"

Single Post
Macky Sall : "Le jour où j'en aurai le désir, je gracierai Khalifa"

Cinq pays africains dont le Sénégal participent au sommet du G7 à Biarritz. Pour le président Macky Sall, invité en tant que président du Nepad (Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique), c'est l'occasion de souligner les inégalités Nord-Sud, et de rappeler que face à l'évasion fiscale, les pays africains ont plus en commun avec les grandes démocraties libérales qu'il n'y paraît.

Pour le sommet du G7 ici à Biarritz, quelles sont vos attentes en tant que président du Sénégal, et aussi président du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad). Que voudriez-vous entendre ? Et que voudriez-vous dire ?

Macky Sall : D'abord le G7. Il faut rappeler que c'est un cadre de concertation pour les pays les plus industrialisés, disons les sept pays les plus industrialisés. C'est donc une plateforme pour nous Africains de devoir poser les préoccupations africaines de façon à ce que nos partenaires puissent parler avec les Africains, et parler pour l'Afrique, au lieu de parler des Africains et de l'Afrique de façon générale. Donc cette approche, qui est une approche partenariale, est à saluer. Et de ce point de vue, Emmanuel Macron n'a pas été le premier à inviter des pays africains, mais la manière dont il a conduit cette invitation, c'est que nous avons été associés par nos sherpas déjà depuis plusieurs mois, sur les négociations, sur les aspects. Et nos préoccupations, je pense, seront prises en compte, notamment sur des thématiques comme la lutte contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale qui ruinent nos pays. Et si nous voulons justement une société plus équitable, il faut absolument que les richesses paient des taxes là où elles sont produites. Or nous savons que c'est un combat de longue haleine de l'Afrique pour amener à changer la donne sur notamment aujourd'hui les facilités fiscales qui sont le fait des grandes multinationales.

À qui pensez-vous exactement ou à quelle entreprise pensez-vous exactement ?

Non. Ce sont toutes les multinationales. Car selon les domaines, ça peut être celles du pétrole, celles du gaz, des entreprises minières, mais également des télécoms. Donc, ce sont toutes les multinationales qui ont des stratégies en fait de congé fiscal et qui bénéficient très souvent de législations anciennes. Il faut amener les partenaires si vraiment les gens veulent lutter contre les inégalités à faire en sorte que les règles changent.

Vous avez parlé d'inégalité. C'est un des thèmes de ce sommet, particulièrement les inégalités Nord-Sud. À votre avis, quelle est la principale cause de ces inégalités à ce stade-ci ?

Ces inégalités ont une histoire très lointaine parce que l'Afrique a d'abord vécu des traumatismes : l'esclavage, la colonisation. Cette colonisation, même si elle a été arrêtée vers les années 1960, même 1970 pour certains pays, il a subsisté un système pour lequel les Africains sont toujours partis donc handicapés. D'abord, la détérioration des termes de l'échange, c'est-à-dire que les productions sont des productions brutes, sont des matières premières, qui sont mal cotées. Et la transformation se fait ailleurs, dans des pays développés. Ce qui fait qu'on exporte les emplois en réalité, et nous, nous achetons les produits manufacturés au prix fort. Donc il ne faut pas s'étonner que l'Afrique envoie des émigrés. Encore que le problème de la migration doit être analysé de façon objective. La plus grande migration se passe entre pays africains.

Est-ce que c'est pour échapper à ces inégalités qu'autant d'Africains risquent leur vie pour aller en Europe et même jusqu'aux États-Unis ?

Oui, on peut le dire parce qu'il y a des inégalités au sein des pays. Dans nos pays, il y a aussi des inégalités entre riches et pauvres, entre citadins et ruraux. Donc il appartient d'une part aux États africains de prendre en charge ces équilibres et de lutter contre les inégalités qui sont grandes parfois entre les campagnes et les villes.

Vous avez parlé de migration. Est-ce que sous-traiter le contrôle des frontières occidentales à certains pays africains, je pense à ce qu'a fait l'Europe avec le Soudan dans le cadre du processus de Khartoum, est-ce que pour vous, c'est une bonne idée ?

Le Sénégal n'est pas membre du processus de Khartoum. Et je me garde toujours de faire des jugements de valeur sur d'autres pays. Mais je considère que le vrai problème n'est pas là. Le vrai problème, ce n'est pas de sous-traiter aux Africains la gestion en Afrique des flux migratoires. Le problème, c'est ensemble d'avoir une vision commune que ces phénomènes migratoires ont une cause. L'une des causes, c'est l'insécurité. Il est clair qu'aujourd'hui dans le Sahel, là où les gens ne sont pas en sécurité, où ils risquent de perdre leur vie, les gens font la migration parce qu'ils veulent sauver leur vie, sauver leur famille. Il y a également la pauvreté. Cette pauvreté, comme je l'ai dit, nous devons être les premiers acteurs de lutte contre cette pauvreté, et même aller au-delà de cette lutte, mais créer de la richesse et essayer de la répartir le plus équitablement possible.

En ce qui concerne la corruption au Sénégal, quelles sont les leçons à tirer du PétroGaz Gate, le reportage qui a mis en cause votre frère ?

Alors ce que vous avez appelé le PétroGaz Gate, je ne le dirais pas ainsi. Mais cet article en tout cas, ce reportage de la BBC, a créé de l'émoi. Et sur cette base, j'ai moi-même saisi la justice pour qu'elle fasse les investigations, que ceux qui ont des évidences de corruption puissent le montrer. Donc la justice va certainement finaliser ce dossier. Mais une chose est claire, c'est que parler de 10 milliards, un scandale de 10 milliards, déjà c'est une aberration. Je dirais que c'est à la justice, à la justice seule d'enquêter s'il y a eu tentative de corruption ou pas.

En ce qui concerne la décrispation politique au Sénégal, la presse rapporte que vous avez envisagé de gracier Khalifa Sall, l'ancien maire de Dakar, à l'occasion de la Tabaski. Qu'en est-il exactement ?

D'abord, la décrispation ne saurait être réduite à une dimension de grâce. La grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui, et de lui tout seul, et de son appréciation. Donc je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j'en aurai la volonté ou le désir, je le ferai comme j'ai eu à le faire. Annuellement, plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement, nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là.

L'ancien président Yahya Jammeh, votre voisin en Gambie, jouit d'une immunité en Guinée équatoriale où il vit en exil depuis sa fuite de Malabo. Est-ce qu'il faut s'y résigner ?

Je suis un voisin de la Gambie qui est un État indépendant et souverain. Je me garderai de faire des appréciations sur un ancien président de la Gambie qui est en exil. Il appartient aux Gambiens d'apprécier ce qu'il convient de faire.

Il appartient aux Gambiens de le juger et non pas à un tribunal africain ou un tribunal international ?

Les tribunaux internationaux ne peuvent agir que si les juridictions nationales ne sont pas en mesure de le faire. C'est par substitution. Mais a priori, on ne peut pas comme ça décider parce que ce sont des pays africains ou de petits pays qu'il faut saisir des juridictions internationales.


Article_similaires

20 Commentaires

  1. Auteur

    En Août, 2019 (09:10 AM)
    N’oubliez pas que le coupable est Khalifa Sall et qu’il a été condamné par la justice pour escroquerie !
  2. Auteur

    Diouf

    En Août, 2019 (09:11 AM)
    Il faut durcir la justice et arrêter de gracier la terre entière. Macky Sall a raison, il doit donner l’exemple et ne pas faire sortir de prison tous les escrocs du Sénégal pour faire plaisir à l’opinion public!
    • Auteur

      Diouffeu

      En Août, 2019 (10:05 AM)
      quelle naïveté, de quelle justice ? une mascarade. une justice qui est au service d'un président que le pouvoir a rendu arrogant, méprisant, partial, clanique, j'en passe et des meilleures. sénégalais gui gno quo deff gnon quo fallatte mo takhite on voit tous ces dérives. j'espère que le prochain président aura l'honnêteté et l'intelligence de réformer nos institutions pour diminuer les pouvoirs du président. avant, le sénégal était pauvre mais démocratiquement en avance mais aujourd'hui on est encore plus pauvre et sous dictature.
    • Auteur

      Neddo

      En Août, 2019 (15:33 PM)
      ce grand menteur à l'image du peuple qu'il gouverne un peuple menteur ne dit jamais la vérité "kaddu wam weroul"
      baadola baadola rek ley done!
      l'univers a toujours fonctionner ainsi..
    Auteur

    Khalife

    En Août, 2019 (09:11 AM)
    Moi je suis contre la libération de Khalifa Sall ! Cette homme est un voleur et il a été reconnu coupable…tout le monde parle de le grâcier uniquement car c’est une personnalité public ! Si c’était un parfait inconnu il resterait croupir en prison comme il le mérite.
    Auteur

    Moctardia

    En Août, 2019 (09:11 AM)
    Même si Khalifa Sall est grâcié, cela n’effacera pas ce qu’il a fait !!!!
    Auteur

    En Août, 2019 (09:12 AM)
    Le président a raison de ne pas céder à la pression médiatique. Khalifa Sall est un criminel et il doit purger sa peine, c’est la loi !
    Auteur

    En Août, 2019 (09:12 AM)
    Macky agit avec Khalifa Sall comme il agirait avec n’importe quel citoyen et c’est ainsi qu’un homme d’état doit agir..
    • Auteur

      Neddokobadum

      En Août, 2019 (15:36 PM)
      et en plus ce n'est pas son frère!!!!
      le lait maternel d'une hypocrite c'est mauvais pour le cerveau et la langue...
    Auteur

    Fatik Dakar

    En Août, 2019 (09:13 AM)
    Cela prouve que l’heure de la corruption est terminée… Le président ne se laisse pas influencer ou manipuler et laisse la justice faire son travail !
    Auteur

    En Août, 2019 (09:13 AM)
    Macky n’a pas peur des critiques et fait son devoir de président en laissant les voleurs à leur place !
    Auteur

    En Août, 2019 (09:14 AM)
    Tres belle interview du President. Il a repondu a toutes les questions sans langue de bois. Force a vous presi !
    Auteur

    En Août, 2019 (09:15 AM)
    Macky Sall a pour ambition de construire un pays prospére et solidaire, un Sénégal émergent où chaque citoyen peut aspirer à des conditions de vies meilleures. Cette interview le montre bien
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (09:29 AM)
      mon cher
      souleymane jules diop avait raison .
      le niveau de notre président est faible pour les charges liées à la fonction . pas la peine de multiplier les post sur seneweb .

      faut juste demander au président d'éviter la presse et surtout d'eviter de parler . sa carence est flagrante .

      c'est notre président nous devons aussi le protéger cela y va de l'image de notre pays .

      il a aussi besoin d'aide car il a ouvert des dossiers dont il peut pas clôturer .
    Auteur

    As

    En Août, 2019 (09:28 AM)
    La réponse à comment libérer Khalifa n'est pas aussi évidente car accorder une grâce serait une grâce sans demande de l'intéressé, rappelons que le PDS avait fait de sa participation au dialogue la libération de Khalifa, que de fortes personnalités ont signé la pétition pour sa sortie, es cela qui gêne ?

    en tous cas faire la paix semble être plus difficile que faire la guerre !
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2019 (10:42 AM)
      pour donner le bon exemple il n'a qu à d abord mettre son frère en prison pour nos milliard vole
    Auteur

    En Août, 2019 (09:35 AM)
    Le jour ou Allah en aura le desir et la volonte tu quiteras ton fauteuil avant la fin de ton mandat.

    Une crise cardiaque est vite arrivee quand on est aussi gros gras et bete donc pharaon Macky redescends sur terre et sois humble
    Auteur

    En Août, 2019 (09:43 AM)
    Il n'aura pas à le gracier parce que Khalifa SALL n'est peut-être pas demandeur. Et j'espère qu'il purgera sa peine dignement jusqu'au bout. Il ne faut pas qu'il se rabaisse à son niveau d'arriviste et de président par défaut.
    Auteur

    En Août, 2019 (09:45 AM)
    Le répondeur automatique a bien fait son travail ce matin. Il doit en être essoufflé après tous ses post en rafale
    Auteur

    Anonymous

    En Août, 2019 (09:50 AM)
    Que le cas du pétrole soit éclairci et que Aliou Sall réponde de ses actes. C'est notre demande
    • Auteur

      Senegalbrasil

      En Août, 2019 (10:11 AM)
      yalla moom khanàa président dakoo fatté .walla dafa yaakarni mooy yalla.inchallah warna bépu dioullit.ndakh tabou samaawaati wal ardi rekk mooy dogal
    Auteur

    En Août, 2019 (09:59 AM)
    Vous ne trompez personne. Macky lui-même même ne croit pas à ses inepties qu'il debite sans conviction. Il est conscient que le moment fatidique approche.

    Au delà des personnes de Karim et Khalifa sall, c'est le pds et le Ps que Macky voulait écarter de la dernière présidentielle. En éliminant ces 2 partis qui ont une importante implantation nationale, il avait mains libres pour trafiquer les chiffres du vote l'opposition n'étant pas présente dans plus de la moitié des bureaux. Le salle boulot fait, khalifa sall est comme un moustique posé sur la couille de macky. Le libérer maintenant alors que celui-ci n'a pas demandé de grâce ? Le laisser sortir à la fin de sa peine à quelques mois de la prochaine élection ? Dans les 2 cas khalifa sall représentera la même menace aux prochaines élections
    Auteur

    En Août, 2019 (10:06 AM)
    Macky a triché éhontément aux dernières élections pour repousser l'échéance. Or il est aujourd'hui dans une position encore plus inconfortable. Il essaye de gagner du temps. Mais il est de plus en plus conscient que la fin est inéluctable comme pour toute entreprise humaine. Ça me rappelle un peut la loi des séries appliquée au sport : une équipe aligne des victoires, et pourtant chaque victoire supplémentaire la rapproche d'une prochaine défaite
    Auteur

    Anonymous

    En Août, 2019 (10:07 AM)
    Que le cas du pétrole soit éclairci et que Aliou Sall réponde de ses actes. C'est notre demande
    Auteur

    En Août, 2019 (10:24 AM)
    cela veut tout simplement que ce sont les grandes gueules qui maintiennent khalifa en prison

    Le president n'acceptent pas de forcing ou de chantage ,alors qu'ils fassent profil bas , et khaf sera libere
    Auteur

    Yobalé

    En Août, 2019 (11:04 AM)
    On gracie ceux qui tuent les sénégalais avec de faux médicaments avant même que la justice se prononce sur leur cas.

    Qu'en pensez-vous?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR