Mercredi 03 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Jean Claude de l' Estrac, un passionné d'histoire pour reprofiler l' OIF

Single Post
Jean Claude de l' Estrac, un passionné d'histoire pour reprofiler l' OIF
Le Mauricien Jean Claude de l’Estrac, actuel secrétaire général de la Commission de l’océan indien (COI), peut compter sur ses nombreuses vies, de journaliste ou d’homme politique, pour donner une perspective nouvelle à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dont il convoite le poste de secrétaire général.

A 66 ans, ce passionné d’histoire fait figure de candidat sérieux à la succession du Sénégalais Abdou Diouf, à l’issue du XVe Sommet de la Francophonie, prévu samedi et dimanche à Dakar. Il est également la preuve que le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir, selon la célèbre assertion.

Très tôt, à 17 ans, Jean Claude de l’Estrac a flirté avec le journalisme, en lançant avec ses camarades de lycée "Le Flamboyant", une publication dédiée aux écrivains et poètes mauriciens.

Lauréat de plusieurs concours littéraires, il rencontre Philippe Forget, fondateur et rédacteur en chef du journal L’express, qui deviendra son mentor. Ce dernier l’engage en mai 1968 en tant que journaliste-reporter, cinq ans plus tard, il devient le rédacteur en chef adjoint de ce titre phare.

Membre fondateur, puis président et secrétaire général de l’Association des journalistes de d’Ile Maurice (AJIM), il joue un rôle crucial pour la préservation de la liberté de la presse et de la démocratie.

En 1995, il prend la direction des publications du groupe La Sentinelle, dont il diversifie les activités dans les secteurs de la radio et de l’audiovisuel. 

Le programme que de l’Estrac compte mettre en œuvre, une fois élu secrétaire général de l’OIF, réserve une place de choix aux orientations économiques et à la problématique de l’industrialisation des pays membres de la Francophonie.

Son expérience et ses responsabilités d’Etat plaident en sa faveur, puisque de l’Estrac fut ministre des Affaires étrangères (1982-1983), du Développement économique (1991-1992) puis de l’Industrie et de la technologie industrielle (1992-1994).

L’engagement politique de Jean Claude de l’Estrac date de 1971, au sein du Mouvement militant mauricien (MMM), un nouveau parti de gauche. Mais son adhésion à ce parti avait été rendue publique en 1976, alors qu’il se présentait aux premières élections législatives suivant l’indépendance.

A 28 ans, il devient membre de l’Assemblée nationale et l’est resté jusqu’en 1994, devenant rapidement une figure de proue de l’opposition parlementaire.

Parallèlement, d’abord conseiller municipal, ensuite élu à trois reprises maire de la ville de Beau-Bassin/Rose-Hill, Jean Claude de l’Estrac siège au conseil municipal de cette ville de 1977 à 1990.

Passionné par l’histoire de son pays, il s’y plonge avec délectation et publie en 2004, après 18 années de recherche, le premier volume d’une trilogie historique "Mauriciens, Enfants de mille races". Parmi ses autres publications, on peut notamment citer "Passions politiques, Maurice, 1968-1982".

liiiiiiiaffaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    Mounos

    En Novembre, 2014 (07:50 AM)
    LUI AUSSI EST DE LA CATEGORIE DE LOPEZ, il manie bien la langue de Molière, aime l'histoire, il ne ferait que de la litérature et de l'histoire !
  2. Auteur

    Pharoah

    En Novembre, 2014 (22:03 PM)
    Grans fainéant de MOUNOS le candidat DE Jean Claude L'ESTRAC a été ministre de l'Industrie , ministre du Développement Economique et ministre des Affaires Etrangères de l'Ile Maurice , il est bien au dessus du lot des connards Africains qui se présentent !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email